X

Vers les sites pays

France
onet.fr
Luxembourg
onet.lu
Espagne
onet.es
États-Unis
epm-inc.com

Fabrice Amedeo annonce d’importantes découvertes sur les origines de la pollution de nos océans lors de sa conférence

Mercredi 30 mars 2022, était un grand jour pour le projet Ocean calling mené par Fabrice Amedeo et soutenu par Onet. Les premiers résultats issus des relevés effectués par le skipper lors du Vendée Globe 2020 ont été dévoilés pour la première fois lors d’une conférence retransmise en direct depuis le siège du groupe Onet, historiquement implanté à Marseille.

Fabrice Amedeo annonce d’importantes découvertes sur les origines de la pollution de nos océans lors de sa conférence

Tout savoir sur le projet scientifique de Fabrice Amedeo, navigateur au service de la science

Depuis 2020, Onet finance un capteur embarqué sur l’IMOCA du navigateur, composé de différents modules, qui permettent de recueillir des données sur la salinité de l’eau, son taux de Co2 ou encore sa teneur en microplastiques et phytoplancton. Ces données sont d’une ampleur inédite car collectées au large, dans des endroits où les bateaux scientifiques ne passent que très rarement. Ces échantillons, collectés sur les différentes courses ont été mis à disposition d’instituts scientifiques tels que l’Ifremer, l’Université de Bordeaux, l’IRD ou bien encore le CNRS. Après 2 années d’études et de recherches, une partie des données collectées sur le Vendée Globe 2020 sont finalisées. Ces résultats disponibles en « open data », soit gratuitement et en libre-service, permettent de modéliser les évolutions du climat et étudier le niveau et les sources de pollution de nos océans.

Au-delà de l’aventure sportive et de nos valeurs communes, c’est le projet scientifique qui nous a séduits et l’engagement personnel de Fabrice. Contribuer à ce projet ambitieux nous est apparu essentiel et cohérent avec l’ambition d’Onet qui est de contribuer à créer des environnements plus sains, sûrs et fiables. Ces premiers résultats ne font que renforcer notre volonté de développer des solutions toujours plus responsables, à l’instar de notre solution de propreté Biogistic, et de continuer à réduire notre usage du plastique dans tous nos métiers. Ils dévoilent également de nouveaux enjeux auxquels nous allons devoir faire face et ouvrent de nouvelles pistes d’actions, notamment sur le cycle de vie de nos vêtements de travail, réflexion engagée en 2020 et inscrite dans notre feuille de route RSE 20/23

Émilie de Lombares, Présidente du directoire Onet
Emilie de Lombarès et Fabrice Amedeo

Les deux principales découvertes
de ces premières analyses

Les études ont montré que les eaux de surface de l’océan Atlantique sont deux fois plus polluées par les fibres de cellulose que par les microplastiques, mais également que l’Atlantique Nord est davantage touché par la pollution plastique que l’Atlantique Sud et questionne la dynamique du gyre subtropical (zone de concentration des microplastiques) puisque les niveaux de pollution qui y ont été mesurés sont plus faibles qu’attendu.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Les prélèvements sur les filtres à 100 µm et 30 µm sont en cours d’analyse ainsi que ceux de la dernière Transat Jacques Vabre entre le Havre et le Brésil, ce qui permettra d’avoir une cartographie de la pollution microplastique de l’Atlantique Nord et d’affiner la différence de concentration entre le Sud et le Nord. Les navigations à venir vont également permettre d’approfondir la connaissance de l’océan Atlantique.

Fabrice Amedeo participera cette année à deux courses pendant lesquelles les capteurs fonctionneront 24h/24h:

  • La Vendée – Arctique – Les Sables (course entre la France et l’Islande)
  • La Route du Rhum (Saint-Malo – Pointe-à-Pitre)

 

Ce projet d’envergure représente une opportunité sans précédent, pour collecter et analyser les microplastiques de différentes classes de taille, présents dans les eaux océaniques de surface sur lesquelles peu de données sont actuellement disponibles