X

Vers les sites pays

France
onet.fr
Luxembourg
onet.lu
Espagne
onet.es
États-Unis
epm-inc.com

Onet Brésil soutient les femmes victimes de violences dans leur parcours de réinsertion  

La situation des femmes au Brésil s’est sérieusement dégradée avec la crise sanitaire. Les violences domestiques se sont accrues suite aux mesures de confinement. Onet Brésil a souhaité s’engager pour cette cause en mettant en place un parcours de recrutement destiné à réinsérer ces femmes vulnérables dans la vie professionnelle. Une action engagée avec l’appui de trois associations brésiliennes.

La violence conjugale ne cesse de s’aggraver depuis le début de la pandémie. La hausse de 22 % des plaintes enregistrées s’explique par la cohabitation forcée avec leurs conjoints agresseurs.

 

Un taux qui grimpe à 50 % dans la mégalopole de Rio de Janeiro. Le Brésil se classe au cinquième rang mondial des pays les plus touchés par les féminicides, d’après l’Organisation mondiale de la Santé. Cette violence familiale sévit dans toutes les couches sociales, y compris les plus aisées (avocates, publicitaires…).

 

Sensibilisé à cette question dès 2019, Onet Brésil a engagé des actions concrètes en 2020.

« Il s’agit d’aider les femmes à sortir du cercle vicieux de la violence familiale. En proposant des embauches à ces personnes, nous les aidons à s’affranchir du joug familial en les rendant autonomes financièrement. »

Julia Ruic de Carvalho, Responsable marketing et communication, Onet Centro Brésil.

Loin de nous substituer aux associations spécialisées, nous pouvons nous positionner comme un lieu ressource, de libération de la parole et d’écoute. Nous constituons une aide précieuse dans l’accompagnement des victimes et à la mise en lien avec les acteurs de nos territoires.

Onet s’est rapproché de trois associations basées à São Paulo dédiées à la prise en compte et l’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales. Tem Saída, la Maison de la Femme Brésilienne et l’Institut Maria da Penha proposent des actions spécifiques auprès des victimes pour les accompagner au mieux dans leurs parcours de réinsertion.

Huit recrutements en 2021 et d’autres embauches à venir

L’association Tem Saída développe une politique publique visant à l’autonomie financière en soutenant l’employabilité des femmes en situation de violence domestique et familiale.

Elle reçoit une liste d’offres d’emploi et sélectionne les candidates les plus aptes adressées par la Maison de la Femme Brésilienne. Cette dernière association sélectionne les femmes au terme d’un processus d’évaluation psychologique. « Elle s’assure que ces femmes sont en capacité de reprendre un emploi », précise Julia.

La Maison de la Femme Brésilienne fédère au sein d’un seul espace, différents services spécialisés qui prennent en charge toutes les problématiques liées aux parcours de vie brisés de ces femmes : accueil, soutien psychologique, logement temporaire, transport, espace de garde d’enfants, ludothèque, collaboration avec les services de police, le tribunal spécialisé dans les violences domestiques, le Ministère Public.

Onet Brésil fait également appel à l’Institut Maria da Penha, une organisation non gouvernementale pour sensibiliser les collaborateurs du Groupe à ce sujet délicat, et veille à ce que l’intégration de ces femmes se déroule en douceur, dans le respect de leur vie personnelle.

« Nous avons décidé d’agir parce que les questions d’égalité entre les femmes et les hommes sont au cœur des engagements du Groupe, et qu’Onet Brésil emploie 4 100 femmes au Brésil soit plus de 58 % des effectifs. Depuis le lancement de cette opération, huit recrutements d’agents de propreté ont déjà eu lieu et d’autres sont prévus dans les semaines à venir. Notre ambition est d’arriver à intégrer 10 % de ces femmes dans nos effectifs, c’est une action qui s’inscrit sur le long terme. L’information et la sensibilisation de l’ensemble des collaborateurs apparaît comme une première étape primordiale dans cet engagement.», souligne encore Julia.

 

Une action soutenue également en France

En France, lors du premier confinement en mars 2020, le centre d’entraînement et de formation de l’Olympique de Marseille (aussi appelé la Commanderie) a accueilli dans son bâtiment, inoccupé par les jeunes footballeurs, des femmes victimes de violences conjugales.

En effet, l’Olympique de Marseille a mis 44 lits à la disposition de l’association SOS Femmes 13, l’association référente dans les Bouches-du-Rhône pour l’accueil, l’écoute et l’hébergement de femmes violentées.

Une vingtaine de femmes et enfants ont donc pu être hébergés dans ce centre jusqu’à la reprise de la saison de football. Onet, avec le concours de la Fondation Onet, a souhaité contribuer à cette démarche et a ainsi pris en charge les prestations d’hygiène et propreté dans le cadre de cet accueil pour le bien-être des familles.