X

Vers les sites pays

France
onet.fr
Luxembourg
onet.lu
Espagne
onet.es
États-Unis
epm-inc.com

Mesurer la pollution aux microplastiques le long des côtes françaises : le nouveau défi citoyen de Fabrice Amedeo

Fabrice Amedeo, le navigateur engagé pour la préservation des océans a quitté Dunkerque dimanche soir pour un Tour de France le long de nos côtes.


Objectif : mesurer à l’aide des capteurs financés par Onet le niveau de micro plastiques en Manche, Atlantique et Méditerranée afin de communiquer ces données inédites à la communauté scientifique.

Fabrice Amedeo, au service de la science

En parallèle du Tour de France terrestre, Fabrice Amedeo a débuté ce dimanche son tour des côtes françaises à la voile.

Le skipper navigue au service de la science en collectant de nombreuses données :

  • le niveau de la pollution plastique,
  • le CO2,
  • la salinité et la température de l’eau

Ces mesures permettent aux scientifiques de mieux comprendre les conséquences du réchauffement climatique et l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère.

Cette expédition de la plus haute importance contribue à alerter sur l’état de nos océans

Ce matériel océanographique financé par Onet, est embarqué dans un bateau qui navigue à faible allure. C’est essentiel pour utiliser plusieurs types de filtres qui interceptent et mesurent différentes tailles de microplastiques, et cela autorise la mise en pla ce d’un filet manta de 300 microns pour réaliser les mesures en surface.

Fabrice Amedeo, le navigateur engagé pour la préservation des océans a quitté Dunkerque dimanche soir pour un Tour de France le long de nos côtes

Ces prélèvements en surface viendront compléter ceux plus en profondeur de mon capteur océanographique. Il va permettre de mesurer les microplastiques que l’on retrouve plus en profondeur, donc ceux ingérés par le zooplancton et que l’on retrouve au final dans la chaîne alimentaire.

Fabrice Amedeo

Une fois à terre, Fabrice Amedeo enverra tous ses filtres à ses partenaires scientifiques : l’Ifremer, l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) et l’Université de Bordeaux afin qu’ils soient analysés dans l’attente du prochain grand rendez-vous : La Transat Jacques Vabre, fixée en fin d’année.

 

Il renouera alors avec la compétition et poursuivra ses campagnes de mesures au large afin d’établir des comparaisons avec ce Tour de France au plus près de nos côtes.